Pont-du-Casse : Des vœux décalés et festifs 

C’était la fièvre du samedi soir à l’occasion de la traditionnelle cérémonie des vœux à la population. Comme toujours le centre culturel et la salle du Diapason étaient trop exiguës pour accueillir toutes celles et tous ceux qui voulaient vivre de l’intérieur cet incroyable spectacle vivant. Car à Pont-du-Casse, depuis mars 2014, la nouvelle équipe municipale conduite par Christian Delbrel, a opté pour un style plus décalé, plus festif, plus humoristique, plus vivant tout simplement, sans se départir pour autant de la solennité qui confère à ce genre de manifestations.

Ils étaient plus de 400 au total à assister à la grande messe, qui restera, comme les précédentes, gravée dans la mémoire collective. Il y eut comme toujours de l’émotion, des surprises, du charme, des paillettes, des danseuses, des coups de gueule (principalement contre l’exécutif national), des coups de cœur, de l’humour, de l’amour aussi…

Ce cocktail, étonnant et détonnant, a ravi les « privilégiés » (il fallait arriver de bonne heure !). « L’idée, c’est que cette soirée lance en quelque sorte la nouvelle année. Alors autant ne pas la rater surtout quand on sait tout ce qui nous attend durant les douze prochains mois. 2019 sera une grande année pour Pont-du-Casse » promet déjà le premier magistrat de la ville. Avec son lot habituel de réalisations, de travaux, d’inaugurations, d’ouvertures, de manifestations, d’événements… Autant d’indicateurs qui témoignent, si besoin était, de l’attractivité et du pouvoir de séduction de la cité cassipontine.

C’est la troupe toute entière du « Petit Paradis », le célèbre cabaret de la commune, qui donna le ton de cette cérémonie. Un petit film retraçant leurs dix ans d’existence, suivi d’un final, avec plumes et danseuses, à vous couper le souffle, pour une entrée en la matière des plus féeriques. Comme toujours Patrice Poingt, le professeur de piano de l’école de musique, assura avec brio les respirations musicales de la soirée.

Un autre court métrage « Pont-du-Casse vu du ciel ! », réalisée par la société Périvison, vint également émerveiller l’assistance, ensuite bouche bée devant la prestation magnifique, pleine de grâce et de tendresse, de la jeune Emma Julien, vice-championne d’Europe avec sa copine Laureen Tormo, membres de l’association Jazz danse Moderne, si chère à la famille Casassola. L’adjoint Jean-Michel Marcenach récompensa d’ailleurs, fleurs à l’appui, Nicole et Sonia, pour leur implication et leur investissement sur la commune.

Derrière son pupitre, l’édile rappela les moments forts de l’année écoulée, avant de basculer sur 2019, annonçant avec force et convictions, les grands projets et les chantiers de demain. Sans oublier les futures inaugurations (Pôle technique du SDIS, Borie Industrie, Blanchisserie inter-hospitalière, etc…). Il mit aussi l’accent sur les nombreuses opérations immobilières qui vont fleurir dans les prochains mois, des maison conventionnées portées par les deux bailleurs sociaux Habitalys et Ciliopée, mais aussi des lots à bâtir pour un total de 140 nouvelles habitations d’ici 2020.

Puis Christian Delbrel mit en exergue, ce qui sera le Projet de l’année 2019, à savoir le réaménagement complet de la place de l’Hôtel de ville, la réalisation de cheminements doux et la création d’un parc naturel derrière la cour de l’école du bourg. La revitalisation du centre-bourg coûtera plus d’un million d’euros à la collectivité. Les travaux devraient débuter au mois de juin. Livraison prévue fin août.

Il y eut enfin un sympathique clin d’œil au grand Charles Aznavour. Jean-Louis Galatéo prêta sa voix au maire, devant une foule visiblement conquise par cette « supercherie ». Et cette audacieuse prise de risque.

Comme le veut la tradition, la cérémonie s’acheva par le visionnage du film de l’année, réalisé par le caméraman maison Jean-Claude Charron, et par le verre de l’amitié servi dans le hall d’exposition. Il y eut comme toujours une prolongation à la salle des fêtes, pour les élus, les agents et les associations de la commune. Le chef Michel Dussau régala les 350 convives avant que l’orchestre Métropole n’assure l’ambiance musicale jusqu’à plus d’heure.

Rendez-vous est déjà pris pour le samedi 11 janvier 2020.

2019-01-14T17:09:18+02:00