Grand Débat National : la contribution cassipontine

Voici la contribution de la réunion publique organisée à Pont-du-Casse, qui a été transmise à Paris, dans le cadre du Grand Débat National.

Réunion à Pont-du-Casse, Salle des Fêtes le Jeudi 7 Mars 2019

Organisateurs : Associations citoyennes de Pont-du-Casse , avec le soutien de la Mairie

Animateur : M. BOB Corentin, fonctionnaire territorial

Horaire : 20h30-23h, environ 60 participants

LA DÉMOCRATIE ET LA CITOYENNETÉ

Faut-il comptabiliser le vote blanc  et refaire une élection si les votes blancs sont plus importants que le nombre de voix recueillies par les candidats ?

Il serait souhaitable de dissocier dans le temps élections présidentielles et élections législatives en organisant ces dernières, soit intégralement soit par moitié, à mi-mandat présidentiel.

Il est aussi demandé l’introduction d’une part de proportionnelle afin d’assurer la représentativité plus juste des partis.

L’idée de rendre le vote obligatoire divise : il peut être contraire à la notion de démocratie. Mais on pourrait aussi concevoir un vote obligatoire sur le temps de travail en semaine.

Afin d’encourager le vote, il est proposé l’organisation de débats largement médiatisés, y compris comme celui-ci, sur un thème bien précis afin de faire vivre l’esprit de débat de manière continue et sensibiliser davantage les gens à la politique. Les résultats serviraient de point d’appui au travail des parlementaires. Cette discussion vaut également pour les élections municipales et la vie de la Commune où il est constaté le peu de participation aux affaires communales, y compris lors des Conseils Municipaux

Le RIC peut paraître aussi séduisant que dangereux.

Une refonte du travail de l’Assemblée Nationale est souhaitée afin qu’il y ait davantage de participation lors des séances plénières. Le temps des commissions devrait être distinct des assemblées plénières.

Il est demandé que les Parlementaires soient davantage au contact de la population. Cela implique de ne pas en diminuer leur nombre actuel…ce qui augmenterait les assistants parlementaires !

Il serait souhaitable de confier des ministères à l’opposition (exemple de la Nouvelle Calédonie)

Le train de vie de l’Etat pourrait être réduit en diminuant largement les avantages accordés aux anciens Présidents de la République (voitures de fonction, secrétariat…) ou en étant vigilants sur les dépenses actuelles (coûts des déplacements présidentiels ou ministériels par exemple).

Cumul des mandats : loi à repenser pour les Maires des petites communes…compatibles avec Député.

TRANSITION ÉCOLOGIQUE

Les participants trouvent le sujet très vaste et compliqué à aborder.

La transition écologique ne peut se régler par des taxes supplémentaires (origine du mouvement Gilets Jaunes). Les vieux véhicules diesels sont propriété de personnes à faibles revenus. Et quand ils sont revendus, ils servent à la pollution dans un pays africain !

Il est nécessaire de s’attaquer à la source ; traitement des déchets à harmoniser, diminution des emballages, développement du recyclage, changement des modes de consommation ( vrac par exemple), développement des transports en commun en milieu rural, diminution de la pollution lumineuse qui fragilise la faune, aides aux personnes les plus défavorisées pour entrer dans cette transition, développement d’une pédagogie de l’écologie tant auprès des parents que des enfants, dispersion sur le territoire des commerces bio, action sur les industriels pour les inciter à développer des produits plus écologiques. Consommer autrement est largement repris par la salle

Les participants considèrent que cette transition est un problème de survie mondial et doit être traité en tant que tel même si chacun d’entre nous doit agir à son niveau par des gestes citoyens : consommation locale sur des produits de saison, veiller à l’eau, à ses déchets…

L’Etat devrait avoir un budget «  Transition écologique » bien défini

FISCALITÉ ET DÉPENSES PUBLIQUES

Demande de rétablissement de l’ISF, symbole de la marque « richesse ». Sa suppression a eu des effets désastreux dans l’opinion ainsi que pour les organisations caritatives qui ont vu leurs dons baisser de manière significative.

L’impôt doit être plus transparent, plus juste et universel. Il est considéré comme utile car il sert les services rendus à la population. Moins d’impôts , c’est moins de services publics…et plus de recours au privé ( voir situation aux USA !)

Il est demandé de revenir sur la défiscalisation des heures supplémentaires, sur les seuils de CSG., sur le financement de l’école privée,

Il est demandé l’indexation des retraites sur le coût de la vie, la suppression complète de l’augmentation de CSG sur les retraités, un smic à hauteur de 1400€…surtout dans un Département comme le 47 ou 14 à 17% de la population vit avec moins de 788e par mois

Le rapport annuel de la Cour des Comptes devrait véritablement être suivi d’effets et de mesures d’économie. D’autres instruments de contre-pouvoir devraient être mis en place pour suivre les comptes de l’Etat.

Il est demandé d’ouvrir sérieusement le chantier sur le revenu universel ou le revenu citoyen. Cela pourrait être un des thèmes de débat proposé plus haut en «  démocratie et citoyenneté » y compris en y incluant la réflexion sur la place de valeur du travail dans le cadre d’un revenu universel.

ORGANISATION DE L’ETAT ET DES SERVICES PUBLICS

Beaucoup de critiques et d’incompréhensions sur la diminution prévue du nombre de fonctionnaires alors qu’il est constaté qu’il manque beaucoup de personnels dans les hôpitaux, les maisons de retraite, la police, l’éducation nationale, la justice.

Mais il est aussi dit que trop d’échelons administratifs engendrent des coûts inutiles.

Les services publics doivent garder leur vocation, celle de rendre service au public.

La diminution des services publics aggrave la fracture sociale et territoriale. Par exemple, il est cité le cas des personnes âgées très démunies face à l’utilisation croissante d’internet et ne trouvant pas d’interlocuteur pour les aider. Même remarque en milieu rural.

La suppression de services publics a pour conséquences une augmentation des dépenses des ménages (déplacements par exemple).

Même conséquence pour l’organisation territoriale : le regroupement des 3 anciennes régions- Aquitaine-Limousin-Poitou- en 1 seule région Nouvelle Aquitaine engendre un coûte plus important que l’organisation précédente alors qu’il était annoncé comme source évidente d’économies.

Beaucoup de demandes sur le maintien des services de proximité dans les communes.

Pour l’organisation de l’état, le pouvoir des communes, piliers de la démocratie, devrait être renforcé. A l’inverse, l’utilité de certains organismes est remise en cause (Conseil économique et Social, grandes commissions nationales au rôle obscur…) d’autant qu’elles coûtent cher. Pour le Sénat, les participants sont partagés sur son utilité (contre-pouvoir ? recasement pour certains élus, coût de fonctionnement). Au niveau de l’Europe est-il nécessaire d’entretenir 2 lieux distincts Strasbourg et Bruxelles fort coûteux.

Le regroupement des communes doit être plus sérieusement réfléchi et pas imposé par l’Etat.

Le développement d’internet est vécu à la fois comme transition numérique pour les jeunes et fracture numérique pour les plus anciens. Une nécessité d’accompagner ce mouvement par une présence humaine est largement demandée.

THÈME LIBRE

Demande générale d’augmentation du pouvoir d’achat avec CSG entièrement déductible des impôts, ouverture d’un crédit d’impôt pour les complémentaires santés, indexation des retraites sur l’inflation.

Compte rendu rédigé d’après les notes des trois secrétaires de séance

2019-03-12T15:51:11+02:00